A la découverte de Saint-Didier...
A la découverte de Saint-Didier...

Un village provençal du Comtat Venaissin

Decouverte/L'histoire du Village/Les Oratoires

Les Oratoires

Les Oratoires

A la découverte du parcours des Oratoires...

Notre commune a conservé de nombreux témoignages du passé tels son église, son château, ses fontaines, ses lavoirs et ses oratoires. Ces derniers sont une véritable richesse patrimoniale à découvrir absolument.
Aussi, si vous êtes passionné de patrimoine, si vous êtes amateur d’histoire ou d’art, si vous aimez parcourir les chemins de campagne et faire de jolies promenades, si vous êtes pieux ou si vous êtes tout simplement curieux, nous vous invitons à une visite-découverte unique des oratoires de Saint Didier.

Les oratoires sont de petits monuments en pierre de taille représentant les stations du rosaire. La pierre fut extraite d’une carrière calcaire locale située vers le château de l’Air. D’une hauteur de 225 cm, d’une largeur de 68 cm et d’une profondeur de 50 cm, quatorze oratoires furent initialement érigés en 1666 par les soins de l’abbé Alexandre Martin, curé de Saint Didier de 1657 à 1703.

Au fond de chaque niche se trouvait un bas relief inspiré des scènes chrétiennes et sacrées suivantes : l’annonciation, la visitation, la nativité, la présentation, Jésus au milieu des docteurs, Jésus au jardin des oliviers, la flagellation, le couronnement d’épines, le portage de la croix, la crucifixion, la résurrection, la Pentecôte, l’Assomption et le couronnement de la vierge.

La chapelle Notre Dame de Sainte-Garde (aujourd’hui propriété privée) constitue la quinzième station du Rosaire. Car l’abbé Martin souhaitait édifier un quinzième oratoire de plus grande dimension. Mais ayant eu quelques déboires, il décida de construire à la place une chapelle entièrement consacrée à l’Ascension. Cette chapelle, qui fut bénie en 1666, est à l’origine de l’actuelle Notre Dame de Sainte Garde.

Presque deux siècles plus tard, les oratoires étant fortement endommagés par le temps, il fut décidé d’en construire d’autres.

Au cours d’une réunion solennelle en date du 26 décembre 1840, l’abbé Peyre, curé de la paroisse, et Xavier Guintrandy, maire de la commune, choisirent alors de construire quatorze nouveaux oratoires. Taillés également dans la pierre calcaire de Saint Didier, ils ont été placés aux mêmes endroits que les précédents. Leur construction devait impérativement être terminée avant le lundi de Pâques 1841 afin de procéder à la traditionnelle bénédiction.

Les oratoires restaurés. Ce sont donc ces 14 stations du rosaire que l’on peut librement voir aujourd’hui. Chaque niche contenait en 1841 un sujet peint sur toile symbolisant une scène biblique. L’auteur de ces peintures sacrées est un certain Monsieur La Planche, alors professeur de dessin au séminaire qui s’était construit à côté de la chapelle Sainte Garde.

La majorité des peintures sont encore bien conservées telles la visitation, le Christ au milieu des docteurs, le couronnement d’épines ou Jésus portant sa croix. D’autres sont très défraîchies par le temps mais tout à fait visibles, notamment Jésus flagellé par les soldats romains ou la crucifixion.

Cependant, quelques unes ont disparu, comme la nativité ou la présentation, mais ont été superbement remplacées par des reliefs sculptés. Par exemple, la magnifique sculpture de la Présentation date de septembre 2000 et elle est l’œuvre de Hubert Bonillo, gendarme de métier mais artiste talentueux à ses heures. Ce dernier est l’auteur d’une seconde sculpture d’oratoire en 2002. Au printemps 2003, Martin Damay, sculpteur sur pierre, a restauré le contour de sept oratoires dont certaines parties étaient détériorées.

Par ailleurs, il faut signaler qu’il existe également deux autres oratoires à Saint Didier mais de construction indépendante du rosaire. Le premier, dédié à Saint Marc, date de la deuxième partie du XVIII ème siècle et abrite actuellement une statue de Saint Joseph. Quand au second, dressé juste en face du précédent à la fin du XIX ème siècle, il aurait été dédié à Saint Jean ou Saint Luc.
Ce dernier a malheureusement été la cible d’actes inciviques et sa niche est aujourd’hui vide. Deux stations du rosaire relatifs à la Pentecôte et au couronnement de la vierge ont également été victimes de vandalisme : seul le socle subsiste encore.

Un circuit bien pensé. L’implantation de ces petits monuments religieux répond à une logique de piété et rien n’est dû au hasard : les oratoires suivent l’ordre chronologique des mystères joyeux, douloureux et glorieux, et tous sont placés à un carrefour ou une croisée de chemins importants. Des processions y avaient régulièrement lieu, notamment pour les rogations, et les villageois y priaient afin d’attirer la bénédiction du ciel sur les récoltes.

Jusqu’aux années 1950, les enfants de l’école libre, école catholique située route de Venasque, les fleurissaient et nombreux sont les Saint Didiérois qui doivent s’en souvenir. Surtout, onze d’entre eux ont tout naturellement donné leur nom à l’actuel chemin communal des Oratoires que tous connaissent.

Fait important, sachez que seule la chapelle Sainte Garde, consacrée à l’Ascension, n’est pas visible car il s’agit malheureusement d’une propriété privée. Vous découvrirez donc aujourd’hui seize oratoires harmonieusement disséminés dans le village et sa campagne proche. N’hésitez surtout pas à faire une sympathique et magnifique balade à pied. Car pendant une heure trente, vous emprunterez de mignonnes petites routes peu fréquentées par les véhicules et vous passerez au milieu du vignoble, des oliviers et des vergers de cerisiers. Loisir à vous de parcourir ces superbes paysages et témoignages de la piété populaire en vélo ou en VTT !

Pour vous guider, nous vous conseillons de partir de l’église et de démarrer l’itinéraire par la route du Beaucet. Bonne promenade !

 

  • Les Oratoires