Agenda/Traces de conversations 2018

Traces de conversations 2018

TRACES DE CONVERSATIONS

AUTOUR DE PADO

 

 

 

Pour la quatrième saison d’expositions estivales, la mairie de Saint Didier a choisi de rendre hommage à Pierre Peytour dit Pado, l’artiste beaucétain disparu en décembre 2016. La saison s’ouvre avec une exposition rétrospective des œuvres de Pado et se termine avec un hommage de ses amis artistes qui ont choisi de travailler à partir de ses écrits. L’écrit, qu’il soit mots, textes, poésies, calligraphies, courbes et lignes … viendra s’immiscer tout au long de cette programmation. 

 

Téléchargez le programme Traces de conversations autour de Pado

 

 

● PIERRE PEYTOUR DIT « PADO »

Pado, sculpteur, plasticien, poète

« Visiteur de la matière,

Serviteur de la lumière,

Comédien de nos ombres »

Du 4 au 28 mai

Vernissage vendredi 4 mai à 18h30.

Né dans les campagnes et forêts berrichonnes, Pado découvre la pierre dans le sud de la France dans les années 80. Gamin des bois et des ruisseaux il est sensible à toutes les matières qui l’entourent. « Toutes les matières me clignent de l’œil, disait-il, tel un couturier ».

Il fera d’abord chanter la pierre sous son burin, créant des œuvres monumentales exposées en France et à l’étranger. Le bois, le marbre, le sel, la glace, accueillent la poésie de ses créations, tout en gardant leur caractère originel, « je ne dompte pas, on s’apprivoise » aimait-il à dire.

Au cours des dix dernières années de sa vie, une métamorphose s’est opérée dans son travail, nourri de ses expériences de toute une vie. Le burin s’est mué en crayon, laissant place aux mots, à la musique, au mouvement, pour en revenir à l’essentiel : « les cents cieux étoilés de l’inconnu, une pupille d’enfant ». Les écrits ont accompagné de plus en plus souvent ses œuvres pour finir mis en scène à travers la légèreté et le mobile. Le mouvement est très présent, laissant les œuvres chanter leur propre rythme des ombres et des lumières. Très souvent les œuvres se répondent en écho, impliquant les arts de la danse, de la musique … Un duo que l’on retrouve parfois dans un reflet ou une ombre.

 

Œuvres d’hier et d’aujourd’hui

 

La pierre enfante le duvet

La graine est dure le pétale est léger

Ceci – nait de cela

Les reins se souviennent

La pulpe du doigt

Garde son empreinte

Autrefois effacée

Le rugueux du rocher

Glisse de givre

L’orvet dort dans la faille

L’écorce caresse l’aubier

Ne griffe pas la joue

Sur la feuille et la plume

Ne mets pas le joug

Le nuage n’oublie pas

Va – vois 

 

 

● DIDIER LE GLEUHER

textes de Jean-Pierre Amiot

Sculpture, peinture, écritures

Du 1er au 27 juin

Vernissage vendredi 1er juin à 18h30.

Didier le Gleuher vit et travaille à Villes sur Auzon. Pendant des années, il fut inspiré par les Trois Grâces. La série... toujours la série... Le bleu, le rouge, le jaune, trois couleurs primaires gardées-serties par le noir (son tiraillement) qui voudraient être libérées par le blanc (son espoir). Ses travaux récents, ses peintures et ses sculptures intègrent des matériaux d’une grande variété, acrylique, encre, mine de plomb, fusain, pastel, fil, fil de fer, bois brûlé, papier et … écriture. Le bleu, le rouge, le jaune, toujours présents. Pour cette exposition, des textes de Jean-Pierre Amiot directement inspirés par son travail viendront se mêler aux œuvres présentées.

 

 

 ● EVA VERMEERBERGER

textes de Bruno Alberro  

Mots abstraits, peintures concrètes

Du 5 au 30 juillet 

Vernissage vendredi 6 juillet à 18h30.

Eva Vermeerbergen vit et travaille à Séguret.

Au fil du temps, sa peinture s’est épurée, essentialisée. La ligne est devenue trait. Un trait vif, dynamique, dénudé.

Mettre des mots pour ressentir une peinture ou offrir des mots pour inviter le peintre à s’exprimer, c’est le travail proposé par Eva Vermeerbergen et Bruno Alberro pour cette exposition. Les peintures abstraites intriguent. La peur d’en parler quand on livre l’intime. Les mots rassurent, ils proviennent du langage, vecteur commun de communication, si les mots énoncés résonnent comme ceux entendus.

La peinture est un dialogue entre un artiste et un public. Le simple objet libère les cinq sens de la nature humaine avec l’énergie puisée au tréfonds de lui et projetée par la main ou par le bras. Cette énergie que l’on retrouve dans la folie des mots pour libérer des images, comme autant d’émotions qui nourrissent son lecteur.

 

 

● CHRISTINE DABADIE-FABREGUETTES

Poèmes peints

Du 3 au 31 août

Vernissage vendredi 3 août à 18h30 avec improvisation calligraphique de l’artiste.

 

Christine Dabadie-Fabreguettes vit et travaille à Brantes.

Sa rencontre avec le maître coréen Ung-No Lee en 1971 fut décisive. Elle lui permit de suivre l’enseignement de l’Académie de Peinture Orientale de Paris, d’être initiée à la tradition calligraphique des Lettrés et de s’ouvrir à la voie de l’abstraction calligraphique.

« J’aime travailler en écho à un poème, une musique, une rencontre, un élément ou une saison de la nature dont la présence réveille en moi des émotions enfouies.

J’aime jouer avec les signes de l’écriture chinoise qui sont autant de poèmes en images.

J’aime laisser le pinceau danser sur le papier au rythme des mouvements du cœur.

J’aime vivre en résonance et laisser l’encre tracer et cacher dans le papier les mystères de la vie. »

Pour cette exposition, Christine propose deux séries de variations. L’une - Dragons volants - fait écho à un poème de Jiao Ran écrit en hommage à la folle calligraphie de Zhang Xu et l’autre – Chants d’oiseaux – fait écho à la musique de Messiaen.

 

 

● REVERENCE A L’IRREVERENCIEUX

Jean-Pierre Amiot, Marie Basteleus, Vincent Charbonnel, Pascal Cuisin, Eve Faure, Didier le gleuher, Lison Peytour, Véronique Prin-Guênon, Robert Renard , Denis Zammit.

Du 6 au 28 septembre,

Vernissage vendredi 7 septembre à 18h30.

Les amis de Pado ont souhaité lui rendre hommage en créant des œuvres originales, individuelles et collectives, à partir de sa poésie. Ils ont travaillé sur le sens et la musique des mots ou sur leur “silhouette”, chacun allant puiser l’inspiration dans la mémoire de Pado. La personnalité fantasque de leur ami reste présente et l’émotion transpire. C’est un voyage en connivence qu’ils proposent à notre regard.

 

 

_______________

 

 

LIEUX ET HEURES D’OUVERTURE

 

Retrouvez le programme complet des expositions Traces de conversations avec une présentation détaillée des artistes et de leur travail sur le site www.saint-didier84.fr et sur la page facebook : Expositions Traces de conversations à Saint-Didier.

           

            Salle du Conseil et Point Info Tourisme 

            Mairie de Saint-Didier           Place Neuve

                60, Le Cours                            à côté de la Poste

               

Du lundi au vendredi 9h30-12h  13h30-16h

 

Renseignements : Fabienne Galanti 04 90 69 46 36 / communication@saint-didier84.fr